Amérique, Découvertes

Croisière sur le Saint-Laurent

Descendre le fleuve de Montréal jusqu’aux îles de la Madeleine est une expérience originale aussi bien de par la beauté des paysages parcourus que par la découverte, à destination, d’un archipel insolite.

« Presque océan, presque Atlantique », c’est ainsi que Robert Charlebois, l’emblématique chanteur de la Belle Province de Québec, chante le Saint-Laurent. Ce fleuve emblématique peut se découvrir en bateau en embarquant pour deux jours et deux nuits de navigation sur un navire qui n’a pas grand-chose en commun avec un paquebot de luxe et beaucoup avec l’Express Côtier des origines à savoir un navire dont la vocation première est d’amener des passagers d’un point à un autre. Le Vacancier est un navire déjà ancien (40 ans !). Il relie la capitale du Québec avec les provinces maritimes soit un trajet de presque 1200 km.

Port de Montréal

Départ de Montréal

Du pont du navire, la vision de Montréal mérite le détour. La vieille ville parait tout droit sortie d’une reconstitution historique tandis que de l’autre côté du fleuve, on peut admirer les constructions de l’Exposition universelle de 1967. A cet endroit, le fleuve est encore étroit et les écueuils nombreux. Le navire quitte le port, frôle la tour de l’horloge, et après quelques encablures, entre dans le lac Saint-Pierre. Sur le chemin de Québec, il passera au large de Trois-Rivières.

Saint-Laurent à Québec

Québec l’historique

A sept heures de Montréal, se trouve la capitale du Québec, Québec, la bien nommée. Du Saint-Laurent, on peut voir apparaitre le Château Frontenac, cet hôtel néo-gothique bâti à la fin du XIXe siècle par la compagnie de chemin de fer Canadian Pacific. Le bateau y fait escale sur le chemin du retour.

En remontant le fleuve, on croise sur la gauche l’embouchure du fleuve Saguenay qui vient se jeter dans le Saint-Laurent. Dans les brumes matinales, le spectacle est féérique et il n’est pas rare de pouvoir y admirer une baleine venue dévorer du plancton très abondant dans cette région. Au loin, on peut distinguer le village de Tadoussac avec sa photogénique église blanche au toit rouge.

Ile de la Madeleine, Gaspésie

Vers les îles de la Madeleine

Passé les Escoumins, le fleuve s’élargit et la navigation est plus facile. Le navire continue cependant de longer la côte permettant d’admirer la ville de Matane puis la Gaspésie. Le roulis de l’océan devient plus perceptible à l’entrée du golfe du Saint-Laurent et les premières îles de l’archipel de la Madeleine émergent au loin : Corps-Mort d’abord, puis Havre-Aubert (la plus grande des îles), Cap-aux-Meules et l’Entrée. Au matin, il est possible de découvrir à pied ces chapelets de dunes battues par les vents ou bien de batailler contre le susdit vent, en vélo cette fois.

Avant de remonter le fleuve, trois jours plus tard, avec une petite pensée pour Jacques Cartier qui fit le même trajet à la découverte du Canada, il y a presque 500 ans…

En savoir plus: Croisières CTMA

Source: Saint-Laurent, balade sur un géant, V.Lion, L’Express 23/7/2012
Crédit photo: Wikipedia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *